Nathan Belete de la Banque mondiale sur le projet BRT : "Une réponse forte aux enjeux de la mobilité urbaine"

Le nouveau directeur des Opérations de la Banque mondiale pour le Cap-Vert, la Gambie, la Guinée-Bissau, la Mauritanie et le Sénégal, à l’instar de son prédécesseur, ne doute point de la pertinence du projet Brt. M. Nathan Belete, qui prenait part à la cérémonie de lancement des travaux du projet, a déclaré que le Bus rapid transit est « une réponse forte et durable aux enjeux de la mobilité urbaine de l’agglomération dakaroise.

C’est une fenêtre d’opportunités qui s’ouvre et va montrer à quel point ce type d’infrastructure peut apporter des transformations dans l’économie et la vie des habitants de la région de Dakar ». La congestion à Dakar, soutient le successeur de Mme Louise Cord, « est en effet une réalité que nous vivons tous les jours. Difficulté à se déplacer, pollution très préoccupante, entre autres, sont autant de handicaps qui affectent l’attractivité d’une capitale qui est, pourtant, le moteur de l’économie sénégalaise ». Et d’après le fonctionnaire de l’institution de Bretton woods, « si rien n’est fait, cette situation va empirer ». Car argue-t-il, « Dakar va abriter 5 millions d’habitants en 2030, sur un espace dont les contraintes géographiques sont connues et auxquelles vont s’ajouter une motorisation croissante des ménages ».

Ainsi avec le BRT, estime le Directeur des opérations de la Banque mondiale, les populations devraient se déplacer tranquillement « entre Dakar et Guédiawaye par la mise en place d’un système de bus à haut niveau de service, haute fréquence, haute capacité et moins polluant ».

Il rappelle les travaux que le Président Sall a engagés hier, « sont le fruit d’une forte coopération entre le Sénégal et ses partenaires. En effet, ce projet représente actuellement le plus gros financement de la Banque mondiale au Sénégal avec un investissement de 300 millions de dollars.

Il s’y ajoute le rôle de conseil de la Société financière internationale, Sfi, pour appuyer le gouvernement lors de la structuration de la délégation de service public pour le volet exploitation du Brt dont la conclusion prochaine permettra la sélection d’un exploitant chevronné qui sera également responsable de l’acquisition et de l’exploitation des bus du corridor ». Le financement public du projet, ajoute-t-il, « est complété par la Banque européenne d’investissement (Bei) avec une participation à hauteur de 80 millions d’euros ». « Le Sénégal peut aussi compter sur une participation du Fonds vert pour le climat », selon le directeur des Opérations, qui salue l’engagement et le professionnalisme des équipements engagés dans ce projet.

La Banque mondiale s’est plus focalisée sur le projet de Brt que sur le Ter. En effet, l’ancien directeur des Opérations, Mme Louise Cord, avait considéré que c’est un projet important et structurant pour l’amélioration de la gestion du trafic de la ville de Dakar et qui devrait donner lieu à des projets du même type pour faire basculer le transport de l’usage de voitures particulières vers du transport en commun.

Source : Le Quotidien

HAUT